« Quand je me suis installée, c’était provisoire, je voulais partir à l’étranger », se souvient Taner Kos. «L’émulation d’ici m’a embarqué. Je ne pourrais plus vivre ailleurs. » Au grès des envies individuelles et collectives, les habitants de la rue du Ruisseau bleu ont pris l’habitude de partager des moments conviviaux.

Depuis quinze ans, la fête de rue bat son plein une fois par an. Elle rassemble aujourd’hui près de 300 personnes. En 2010, Taner Kos et des voisins lancent le festival Grosseau Gosses : un week-end d’animations pour les enfants organisées dans les appartements du quartier. 200 bambins captivés lors de l’édition 2016. En septembre, les habitants ont invité des groupes de musique à jouer aux balcons. Plus de 300 personnes ont dansé dans la rue. Le projet du jardin partagé de la Grosseau a décidé des voisins à créer une association en 2014 pour occuper le terrain municipal. Pour le reste, c’est du spontané qui dure, au grès de la motivation des chacun et avec la bienveillance de la Ville. « Tout se passe sur le mode du partage. Nous ne voulons pas d’échanges d’argent », explique Taner Kos.

> La page Facebook : Le Ruisseau Bleu

Crédit photo : Pascal Bastien

Rue du Ruisseau Bleu